Vosges Matin: annonce de la venue de JBC sur le MUR Epinal

ÉPINAL ART URBAIN

Le Mur : un nouvel artiste bientôt à l’œuvre            

Le 05/03/2017

Inauguré en juin dernier, le mur d’expression spinalien s’apprête à accueillir un quatrième artiste en la personne de JBC. L’occasion de donner un coup de projecteur sur une association et un lieu de médiation culturelle atypique.

Pierre Clavel et Martine Bihr, devant le mur d’Épinal de la rue Saint-Michel qui sera investi par l’artiste JBC à partir du 9 mars et qui invite à venir échanger avec lui et le voir à l’œuvre.  Photo Jean-Charles OLÉ

Aussi étonnant cela soit-il, de nombreux Spinaliens ignorent encore l’existence du mur dédié à l’expression d’art urbain (ou street art) dont l’adresse officielle est le 46 de la rue Saint-Michel. C’est-à-dire entre La Plomberie et la BMI. En plein air. Inauguré le 23 juin 2016, ce Mur a été le 14e du nom. Le premier MUR (au départ un acronyme pour « modulable, urbain et réactif ») a été créé en 2003 rue d’Oberkampf à Paris.

Avec parmi les pères fondateurs deux figures spinaliennes : Jean Faucheur et Bob Jeudy (par ailleurs directeur artistique de La Plomberie).

 

Depuis sa création, cet espace d’expression éphémère a été occupé par Dan 23, Fred Calmets et, depuis novembre, par Seize. Le quatrième invité du collectif spinalien sera JBC (a.k.a Jean-Baptiste Colin), un artiste urbain qui a son atelier à Montreuil, et est connu pour ses collages et dont le style graphique est inspiré du Pop Art et de la bande dessinée.

Le vernissage de son œuvre aura lieu le vendredi 10 mars à 18 h. Comme à chaque fois, tout un chacun est invité à participer à cet événement qui sera doublé par une deuxième performance graphique en partenariat avec le Sicovad, surprise garantie.

En direct et en plein air

 

Après cette inauguration, l’œuvre éphémère de JBC sera visible rue Saint-Michel jusqu’au 23 avril. Si des publics très variés ont commencé à prendre l’habitude de venir échanger lors du vernissage, les Spinaliens n’ont pas encore pris celle de venir sur place les deux jours précédents qui sont pourtant très importants dans la démarche des murs de street art.

Ce sur quoi insistent Pierre Clavel et Martine Bihr, membres du bureau de l’association Le Mur Épinal : « Jeudi et vendredi, il n’est pas interdit mais au contraire conseillé de venir voir l’artiste au travail, de discuter avec lui, d’échanger sur sa démarche, ses techniques. C’est justement toute la différence avec les musées ou galeries. Les artistes qui viennent ici ont chacun leur style, mais ils ont tous en commun d’avoir des choses à dire, l’envie d’une interaction. »

 

Evazesir puis Jean Faucheur

 

Le 28 avril, le mur sera recouvert par une autre signée par Evazesir (en fait, Sir et Evazé). Le Mur spinalien, le seul à n’être pas intégré à un bâtiment, commence à être coté chez les artistes français. Ce qui devrait s’amplifier quand Jean Faucheur y aura exposé en personne le 22 juin à l’occasion de la fête des images.

 

S. KUHN

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *